Les miniatures de Francesco Fiscardi

Les miniatures

de

Francesco Fiscardi

Annotations de Aurelio Rigoli



C’est un fait reconnu que les rituels de la "Magie" (celle des temps ancestraux qui se définit chronologiquement avant la "Religion") répondent à deux lois /catégories logiques dont parle l’anthropologue anglais James J. Frazer dans son œuvre monumentale, le “Rameau d’Or”. On lit dans ces lois que sous le signe de la "Magie", le pareil produit le pareil et la partie est en fonction du tout puisque la part et le tout se conditionnent mutuellement même quand ils ne sont plus en contact.

Or, ce sont les postulats de Frazer qui donnent un sens aux miniatures (en général et à celles de M. Francesco Fiscardi en particulier) en tant que réductions orthogonales de réalités objectives, c’est à dire des maquettes tirées des modèles originaux mais qui au début n’ont pas été disposées pour eux. Elles nous offrent les motivations implicites d’une activité artistique comme celle de M. Fiscardi. L’artiste nous permet de saisir d’un seul coup d’œil la forme matérielle de la grandiose machine votive des “ Gigli di Nola” et enferme magiquement cette forme (s’il est vrai que le pareil produit le pareil et la part a la fonction du tout). En même temps le procès de transformation de son œuvre en une œuvre de musée permet à l’artiste de la soustraire au sablier du temps dans la perspective d’un ne varietur  qui conditionne le ne varietur de la même tradition religieuse  au-delà de tout risque de dynamique culturelle.

On a parlé jusque-là de l’inconscient de l’artiste M. Fiscardi.

Son génie conscient réside dans son habilité manuelle à faire des miniatures des formes objectives et matérielles qui identifient une tradition et un héritage mais également  dans la représentation du contexte entier de la tradition : avec les machines ex-voto on admire les visages de la foi marqués par la stupeur et la merveille de voir renouvelés le temps des miracles.

Autrement dit, l’art de M. Fiscardi permet de communiquer le rapport biunivoque entre les hommes et les saints et de communiquer l’esprit culturel de la fête des Gigli, offerts à Saint Paolino, à Nola.

Pour conclure, nous avons voulu attribuer un Certificat de mérite à l’originalité manuelle de Francesco Fiscardi,  protagoniste mûr de l’art ethno plastique finalisé à des représentations de formes et d’évènements ethno historique et culturels.             




Prof. Aurelio Rigoli

                                            Président du Centre International d’Ethnohistoire de Palerme (ICE)